La vie des images. WJT Mitchell

« La relation symétrique qui unit l’iconoclasme à l’idolâtrie explique comment des actes de “destruction créatrice” (la mise en spectacle de l’anéantissement ou de la défiguration) peuvent produire des “images secondes”, et comment ces images véhiculent à leur manière des formes d’idolâtrie aussi puissantes que les idoles qu’elles cherchent à supplanter. »
William John Thomas Mitchell1


Présentation

Cette séance prend comme point de départ le paradoxe soulevé par WJT Mitchell au sujet des images dans ses écrits des années 2000. L’auteur y développe une réflexion sur notre attitude ambivalente à l’égard des images, qui sont d’une part présentées comme ayant un véritable pouvoir sur notre vie au quotidien, tout en étant d’autre part, dévaluées, condamnées pour leur inexactitude et leur versatilité. « Il nous faut saisir les deux faces du paradoxe : l’image est vivante, puissante et pleine de sens, mais également morte, faible et insignifiante. »2 Mitchell s’emploie dans son enquête à explorer les liens entre iconoclasme et idôlatrie, et développe une thèse singulière sur la vie des images. Cette séance consiste à étudier les arguments de l’auteur et à comprendre comment sa recherche s’appuie elle-même sur un certain nombre d’images fortes (qu’il appellerait metapictures) dont le statut hésite entre métaphore, analogie ou illustration. Les deux images qui introduisent le texte étudié dans cette séance sont une photographie de la brebis Dolly, premier mammifère cloné devenu une icône mondiale du génie génétique, et une image de la destruction des tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre 2001. En mettant en regard ces deux documents, ces deux symboles de la biotechnologie et du capitalisme avancé, Mitchell les décrit comme des expressions de formes d’iconoclasme et d’idolâtrie, riches d’enseignement sur la vie des images.

Bibliographie thématique

  • ALLOA, Emmanuel, « Changer de sens. Quelques effets du “tournant iconique” », Critique, 759-760 (2010), p.647-658.
  • ALLOA, Emmanuel (dir.), Penser l’image, Volume 2, « Anthropologies du visuel », Dijon, Les Presses du réel (2015).
  • BARTHOLEYNS, Gil (dir.), Politiques visuelles, Dijon, Les Presses du réel (2016).
  • BOEHM, Gottfried, « Par-delà le langage ? Remarques sur la logique des images », Trivium [en ligne], 1, mis en ligne le 2008, consulté le 10 juin 2015, disponible sur http://trivium.revues.org/252
  • BOEHM, Gottfried, « Ce qui se montre. De la différence iconique », dans ALLOA, Emmanuel (dir.), Penser l’image, Dijon, Les Presses du réel (2010), p.27-47.
  • MIRZOEFF, Nicholas, How to See the World, London, Penguin Books (2015).
  • MITCHELL, William John Thomas, Iconology: Image, Text, Ideology, Chicago, University of Chicago Press (1986).
  • MITCHELL, William John Thomas, Picture Theory – Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, University of Chicago Press (1994).
  • MITCHELL, William John Thomas, Que veulent les images ? Une critique de la culture visuelle, Dijon, Les Presses du réel (2014 [2005]).
  • MITCHELL, William John Thomas, « Signes vitaux / Terreur clone », dans MITCHELL, William John Thomas (dir.), Que veulent les images ? Une critique de la culture visuelle, Paris, Les Presses du réel (2014 [2005]), p.27-46.
  • MITCHELL, William John Thomas, Image Science: Iconology, Visual Culture, and Media Aesthetics, Chicago, The University of Chicago Press (2015).
  • MOXEY, Keith, « Les études visuelles et le tournant iconique », Intermédialités, 11 (2008), p.149-168.

Notes

  1. MITCHELL, William John Thomas, « Signes vitaux / Terreur clone », dans MITCHELL, William John Thomas, Que veulent les images ? Une critique de la culture visuelle, Paris, Les Presses du réel (2014 [2005]), p.41.
  2. MITCHELL, William John Thomas, « Signes vitaux / Terreur clone », dans MITCHELL, William John Thomas, Que veulent les images ? Une critique de la culture visuelle, Paris, Les Presses du réel (2014 [2005]), p.31